25 C
Canada
Monday, August 8, 2022
Accueil ACTUALITES L'Afrique dans la chaîne de valeur mondiale

L’Afrique dans la chaîne de valeur mondiale

Le concept de chaîne de valeur permet à différentes entreprises d’ajouter de la valeur aux matières premières à différentes étapes de la production jusqu’à ce qu’elles deviennent des produits finis.

Les dernières étapes de la chaîne de valeur sont plus lucratives que les précédentes. La réalité actuelle est que la plupart des activités qui créent de la valeur et transforment les intrants en produits finis sont concentrées dans les pays développés plutôt que dans les pays en développement. Selon la Banque mondiale, augmenter la participation à la chaîne de valeur de 1 % pourrait augmenter le revenu par habitant de plus de 1 %.

Malgré les preuves que certaines petites entreprises africaines ont progressé dans les chaînes de valeur mondiales grâce à la mise à niveau des processus au cours de la dernière décennie, il y a une lacune dans la mise à niveau des produits – la transition vers la production de biens et de services de plus grande valeur. Cet aspect doit être amélioré.

La plupart des pays africains sont encore des producteurs de matières premières et des mesures spécifiques doivent être prises pour inverser la situation. Le rôle du gouvernement est également essentiel dans la création d’un environnement favorable.

En d’autres termes, le partenariat entre les secteurs public et privé est essentiel pour favoriser le potentiel africain pour le bien commun du continent. Regard vers l’intérieur : les gouvernements doivent soutenir la recherche sur les activités actuelles des étapes « inférieures » des chaînes de valeur mondiales en Afrique et sur la manière dont leur déplacement ailleurs peut avoir un impact sur l’emploi. Cette étape permettrait de prendre conscience des problèmes potentiels qui peuvent découler de la démondialisation.

Cela ouvrirait également la porte à la révision et à la modification des politiques économiques actuelles ineptes. Faire correspondre les besoins de la société et des entreprises : sur la base des données actuelles de la Banque mondiale sur l’intégration du commerce mondial et la participation aux chaînes de valeur mondiales, on ne sait pas à quoi ressemblera le nouveau type de chaînes de valeur mondiales.

En conséquence, les sociétés multinationales opérant en Afrique, en particulier celles qui ont des activités à un stade « inférieur », pourraient vouloir reconsidérer comment elles peuvent accroître leur impact positif dans ces régions, directement ou indirectement. Par exemple, ils pourraient examiner de manière critique leurs besoins en tant qu’organisation (peut-être par le biais d’une évaluation complète des besoins) et les relier à un problème existant sur lequel leur chaîne de valeur exerce une influence (par exemple, la gestion du chômage).

Capturer la valeur intérieure : La relocalisation de la production signifiera que le commerce deviendra dominé par quelques-uns à l’avenir. Ceux-ci incluraient presque certainement un syndicat asiatique dirigé par la Chine, un syndicat nordaméricain dirigé par les États-Unis et un syndicat européen (peut-être dirigé par l’Allemagne et la France). Si cela se produit, l’Afrique (en particulier la région subsaharienne) sera déconnectée de la chaîne de valeur mondiale.

Cela devrait être un catalyseur suffisant pour que les dirigeants africains se rendent compte que la fabrication, les produits et les services nationaux peuvent être la voie à suivre. Le pourcentage élevé de chômage en Afrique est révélateur d’une sous-exploitation des ressources économiques et de cadres entrepreneuriaux inadéquats. Le chômage des jeunes est considéré comme l’un des problèmes sociaux et économiques les plus urgents de la génération.

Les données montrent qu’environ 140 millions de personnes âgées de 15 à 35 ans sont au chômage en Afrique. Il s’agit d’un tiers de l’ensemble de la population jeune du continent.

Selon la Banque africaine de développement, jusqu’à 263 millions de jeunes seront privés de perspectives d’emploi dans un avenir proche. Il n’y a donc jamais eu de meilleur moment pour que les secteurs public et privé collaborent et captent la valeur intérieure en Afrique.

Source: L’Économiste N°555

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments

Popular News

Togo-Résultats de la Loterie américaine DV-2022 attendus ce samedi

Cliquez ici, pour vérifier si votre demande a été sélectionnée à la loterie des visas, DV-2022