25 C
Canada
Saturday, February 24, 2024
Accueil ACTUALITES Entretien/Paul Henri Damiba : « Je suis dans de bonnes conditions à...

Entretien/Paul Henri Damiba : « Je suis dans de bonnes conditions à Lomé et je suis tout autant pressé de retrouver le pays de mes parents »

Renversé lors du dernier putsch mené par le jeune capitaine Ibrahim Traoré (34 ans), l’ex-président de la Transition au Burkina Faso est en exil à Lomé depuis octobre 2022. Dans la capitale togolaise, il est logé dans une résidence d’État située dans le quartier huppé et sécurisé de la cité OUA, près du palais présidentiel. L’ancien chef d’Etat burkinabè y mène une vie discrète, à l’abri des regards, et veille à ne pas gêner ses hôtes.

Après 5 mois de séjours à Lomé, l’homme se confie. Dans un entretien avec le confrère Alain Foka, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba parle de son putsch en septembre 2022, de sa relation avec la France, avec les russes, des raisons de sa chute, du départ de l’opération sabre, de ses projets.

L’ex-chef d’Etat burkinabè se dit être entre dans de bonnes mains ici au Togo. Mais il désire rentrer au plus vite dans son pays natal.

« Mon pays me manque évidemment, mais je suis également dans de bonnes conditions à Lomé et je suis tout autant pressé de retrouver le pays de mes parents et de mes grands-parents. Je pense que c’est une histoire de cœur. Le sang qui coule dans mes veines est burkinabè. La porte du pays n’est pas fermée.  (…) J’ai préféré ce recul-là également pour permettre aux nouvelles autorités de conduire selon leur vision pour la stabilité du pays », a-t-il indiqué.

Suivez plutôt !

5 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
5 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
El Niño
El Niño
February 27, 2023 2:04 pm

Paul Damiba, relaxe! Tu es bien a Faure-Kopé. Si tu retournes au Burkina, ce sera en prison ou bien pour répondre a un procès comme le fait Dadis Camara.

Azoto
Azoto
February 27, 2023 3:45 pm

Le Togo sous les Gnassingbé excelle toujours négativement comme repaire des délinquants politiques étrangers.
Hissène Habré avait trouvé refuge chez Gnass-père quand il était aux prises Goukouni Wedeye!
Ange-Félix Patassé de la RCA avait trouvé refuge chez Gnass-père quand il était en conflit avec avec Kolingba! Patassé m’avait même arraché une belle Femme Kabiyè que je convoitais secrètement ! (Je ne vais jamais lui pardonner cela!)
Samuel Doe avait trouvé refuge chez Gnass-père (qui l’a renvoyé mourir bêtement sous la torture de Prince Johnson au Libéria)!
Mobutu avait trouvé un refuge temporaire à Lomé quand il a été chassé par les troupes de Kabila-père!
La liste des malfrats politiques toujours accueillis à bras ouverts par la mafia des Gnass est très longue …
Dis-mois qui tu fréquentes et je te dirai qui tu es, dit un adage ….

Soli Toqué et Sot
Soli Toqué et Sot
February 27, 2023 3:57 pm
Reply to  Azoto

Le père accueillait ses compères dictateurs déchus et le fils fait autant, mais encore pire!!! Le fils accueille aussi toutes les salopes et prostituées du monde !!!
Ah j’avais oublié, cet énergumène aux zieux hoooonnn de hibou a eu un MBA dans les maisons closes d’Harlem !!!

trackback

[…] puisse rejoindre sa famille au Burkina Faso.Si le colonel Damiba avait déjà exprimé ouvertement son désir de rentrer au pays, c’est le journal burkinabè “Courrierconfidentiel.net” qui révèle que […]

trackback

[…] le colonel Damiba avait déjà exprimé ouvertement son désir de rentrer au pays, c’est le journal burkinabè “Courrierconfidentiel.net” qui révèle que l’ancien […]

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.