25 C
Canada
Tuesday, March 5, 2024
Accueil ACTUALITES Togo-Quand Lomé n'était pas Vakpossito : Histoire sur les collèges et lycées...

Togo-Quand Lomé n’était pas Vakpossito : Histoire sur les collèges et lycées du Togo

Si le Collège catholique Saint Joseph de Lomé nous est conté. Situé sur le territoire du très connu quartier de Tokoin Nukafu dans la commune du Golfe 2 à Lomé, le Collège Saint Joseph est une initiative de Mgr Joseph Strebler, ancien missionnaire en ex Gold Coast (Ghana) et Vicaire Apostolique de Lomé à la suite du décès de Mgr Jean Marie Cessou.

Le premier coup de pioche fut donné le 19 mars 1948 et  les cours avaient débuté avec une soixantaine d’élèves plus tard en novembre de la même dans des locaux provisoires.

Aussitôt la fin des travaux de construction des locaux de cet établissement, l’inauguration de ce sanctuaire du savoir a été présidée le 22 octobre 1950 par le Commissaire français Yves Jean Digo (1950-1952) au Togo.

A l’époque, les apprenants étaient des garçons, séparés des filles qui étudiaient au Collège Notre Dame des Apôtres situé au quartier Zongo à Lomé.

A rappeler qu’ à partir de 1977, le Collège Saint Joseph est devenu une institution scolaire mixte comme dans tout le pays à la demande des pouvoirs publics togolais.

Bon nombre de cadres connus ou non, qu’ils soient Togolais ou non, avaient étudié dans cet établissement confessionnel ayant pignon sur rue comme le Collège Protestant de Lomé ( Boulevard de la Victoire, feux tricolores face à l’Ecole Nationale des Auxiliaires Médicaux),qui date de 1947, le Collège Saint Augustin de Togoville, le Collège catholique Chaminade à Lama-Kara (Kara), qui date de 1956 sans oublier le Lycée Bonnecarrere ( Lycée de Tokoin), le plus ancien est érigé entre 1927-1928. Il était alors situé dans les locaux de l’actuelle Ecole Nationale d’Administration (ENA) en face de la Grande Poste de Lomé avant de déménager sur la colline de Tokoin.

Edouard Kodjo plus tard Edem Kodjo, Nestor Messan Dossèvi, Denis Amuzu Dzakpah (futur évêque de Lomé), Marcel Akawilou Sizing Walla, (ancien du Saint Cyr et ministre de l’Intérieur), Gabriel K.Akakpovie ( Magistrat, puis ministre), Joachim Atsutsè Kokouvi Agbobli, historien et journaliste, ancien ministre, Martin Kofi Yamgnane, ingénieur des Ponts et Chaussées et ancien Secrétaire d’Etat français sous le régime François Mitterand), Michel Khalife ( Economiste et patron des établissements Petit Prince à Lomé, Edo Kodjo Maurille Agbobli et bien d’autres comptent parmi les élèves dudit collège .

Jusqu’à une récente époque, l’inscription comme élève au sein de ce collège participait d’un parcours de combattant.

Pour le cas d’Edem Kodjo, il y fit ses études secondaires lors de la rentrée scolaire 1951-1952 jusqu’à l’obtention de son Baccalauréat 1ère partie en 1956 -1957. Le Collège Saint Joseph ne disposant pas à cette époque de classe Terminale, il fera le reste de son cursus secondaire au Lycée Bonnecarrère en 1958 avant de se rendre en France pour ses études supérieures effectuées notamment à l’Université de Rennes puis à l’Ecole Nationale d’Administration (Promotion Blaise Pascal)….

Plus près de nous, Me Djovi Gally, Sokey Edorh Roger, Apotè Mêmê Blucktor, Eloi Koussawo, Daté Godwin Gbikpi, Willy Dorkenoo , Fafadji Johnson, Jonas Sokpoh, Bob Kovi Kuevidjen, Houmey Spero Shango, Mocktar Sow et bien d’autres ont usé leur tenue (pantalon kaki et chemise blanche) sur les bancs du très réputé collège.

© Ekoué Satchivi avec la collaboration de Jonas Dossevi, un ancien du Lycée Bonnacarrere, mais toujours disposé à partager ses souvenirs.

Ekoué Satchivi

1 COMMENTAIRE

Subscribe
Notify of
guest
1 Comment
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Là-bas Lomé
May 25, 2023 9:40 am

Bon rappel historique. Je rappelle que mon père a fréquenté le plus ancien de ces établissements confessionnels, le Collège protestant, dans les années 1950-1960.

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.