25 C
Canada
Wednesday, February 28, 2024
Accueil ACTUALITES Burkina – Un ex-ministre de Kaboré condamné à 7 ans de prison...

Burkina – Un ex-ministre de Kaboré condamné à 7 ans de prison ferme

Vincent Dabilgou, ancien ministre des Transports du Burkina Faso, a été condamné jeudi à 11 ans de prison, dont sept ferme, pour « détournement de deniers publics »« enrichissement illicite » et « blanchiment de capitaux », a appris l’AFP de sources judiciaires.

M. Dabilgou était ministre de 2018 à 2022, sous la présidence de Roch Marc Christian Kaboré, renversé par un putsch en janvier 2022.

Le tribunal de grande instance de Ouagadougou a reconnu M. Dabilgou « coupable » de faits de « détournement de deniers publics », portant sur 1,12 milliard de FCFA (environ 1,7 million d’euros), « enrichissement illicite »« blanchiment de capitaux » et « financement occulte de parti politique », notamment le Nouveau temps pour la démocratie (NTD), la formation qu’il préside.

Il devra en outre s’acquitter d’une amende de 3,3 milliards de FCFA (4,7 millions d’euros) et les activités de son parti ont été suspendues.

Quatre autres personnes, dont deux ex-collaborateurs de M. Dabilgou au ministère des Transports, ont également écopé de peines de prison allant de six à 11 ans et de lourdes amendes.

Le tribunal a également ordonné la confiscation de biens de l’ancien ministre, à hauteur des sommes détournées au profit du Trésor public et prononcé son inéligibilité pour cinq ans.

Le NTD, ex-parti de la mouvance présidentielle, avait raflé 13 sièges de député aux législatives de 2020, contre 3 en 2015.

Le 30 septembre 2022, un coup d’Etat a porté au pouvoir à Ouagadougou le capitaine Ibrahim Traoré qui a renversé le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, auteur d’un premier putsch qui avait renversé le président Kaboré quelques mois plus tôt.

Africanews

5 Commentaires

Subscribe
Notify of
guest
5 Comments
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Koukouvikpéleto
Koukouvikpéleto
August 20, 2023 8:59 am

Tôt ou tard, ce genre de procès aura bien lieu à Lomé. Et j’espère que des peines de mort seront prononcées et exécutées sans possibilité d’appel. Le peuple n’ayant pu faire appel des brimades de ce régime des gnangnan machin.

Là-bas Lomé
August 20, 2023 10:28 am

Condamnation aux travaux forcés à vie pour le parrain de la Kozah Nostra, la mafia pilleuse satanique diabolique maléfique et sadique des bouffeurs de chien, Faure Dracula zieux hooonnn de hibou GNASSINGBE et pour ses caporegimes assortie d’une amende salée de 2000 milliards de dollars pour le parrain. La peine de mort ne les fera pas souffrir comme le peuple togolais à souffert sous le joug des analphabètes GNASSINGBE.

Csanou
Csanou
August 20, 2023 1:13 pm

Si on pouvait juger tous les voleurs de la même manière, ce serait vraiment génial.

Ayo
Ayo
August 20, 2023 10:19 pm

Le despote togolais et sa junte militaire tribale dite FAT en 18 de pouvoir illégal n’ont pas encore mis en prison un seul de tourneur de deniers publics.
Le despote togolais laisse tous ses amis voler l argent du peuple à partir du moment où ces derniers chantent ses louanges

Là-bas Lomé
August 21, 2023 1:22 am
Reply to  Ayo

Ayo, Faure Dracula zieux hooonnn de hibou GNASSINGBE laisse ses ministres et autres courtisans voler l’argent des togolais parce que en tant parrain de la Kozah Nostra, la mafia pilleuse satanique diabolique maléfique et sadique des bouffeurs de chien, il prend une bonne partie du butin, c’est ce que tu dois savoir !!! Et lui-même même vole au service de la Françafrique !!!

Popular News

Togo-Yacoubou Moutawakilou, condamné à mort et exécuté pour son engagement pour le Togo

Depuis ce triste jour du 13 janvier 1963 où Sylvanius Olympio fut assassiné, tous ceux qui ont essayé d´affronter la dictature en se mettant sur son chemin, furent impitoyablement éliminés. La liste de tous ces martyrs, assassinés d´une façon ou d´une autre, est longue. Les nombreuses tentatives depuis le début des années ´90 pour humaniser le pouvoir d´état et le rendre aux Togolais, n´ont pas pu résister à la terreur militaire, seule légitimité de la dictature du père en fils.